Activités de pleine nature Par le 20 juillet 2016

En route pour Bugarach

Point le plus haut des Corbières, culminant à 1230 mètres, le Pech de Bugarach est une montagne liée à des légendes, peut-être en raison de la forme inhabituelle de la montagne, résultant d’une poussée géologique (*).

Certains adeptes du surnaturel pensent que le Pech est une piste d’atterrissage pour OVNI…  D’autres sont convaincus que c’était le seul endroit pour survivre à la prétendue fin du monde en 2012 selon le calendrier Maya…

De mon côté j’ai toujours été fascinée par cette montagne !  Voici le récit d’une balade effectuée là haut :

Par une montée somme toute assez modérée de la route étroite qui conduit à travers la forêt fraîche et ombragée nous avons longé un ruisseau, que nous avions déjà entendu se gargariser pendant un certain temps le long du chemin, mais sans le voir.
Il y avait tellement de cailloux dans l’eau qu’il a été facile de traverser de pierre en pierre presque à pied sec.

Ensuite, nous avons atteint la hauteur au dessus de la forêt, mais nulle part nous n’avons pu voir les animaux de pâturage. Seul un aigle tournait au-dessus de nos têtes en larges cercles dans le ciel.

bugarach-hauteurDe plus en plus souvent maintenant s’offrait à nous des vues sur les montagnes environnantes et les sommets enneigés des Pyrénées à l’horizon. Et la montée était nettement plus raide, et le sol plus rocailleux. Nous avons été surpris de voir qu’il y avait encore du thym qui semblait se sentir bien à cette altitude !

Après environ deux heures de grimpette, je comprenais enfin pourquoi le chemin que nous avions choisi avait été classé comme «difficile» : A certains endroits, le chemin a été souligné en jaune, et était si raide que nous avons dû nous aider des mains et des pieds pour grimper en toute sécurité à travers les pierres ou pour passer au dessus des roches et des racines qui se trouvaient sur notre chemin.

Nous n’étions pas spécialement équipés pour faire de l’escalade ! Mais d’autres randonneurs nous ont expliqué qu’ils avaient pris un chemin bien plus facile : De la D14 à partir du Col de Linas il fallait suivre une légère variante qui se traduit par environ trois heures de marche jusqu’au sommet sans grande difficulté. On le saura pour une prochaine ascension !

Enfin nos efforts ont largement été récompensés par la vue extraordinaire, et par notre pique-nique !

(*) : Le Pech de Bugarach a des caractéristiques étonnantes. Son relief est tourmenté et c’est une montagne « inversée », un phénomène de recouvrement: les couches les plus anciennes sont au dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *