CultureLittoral Par le 15 février 2018

Gruissan, une architecture du 20e siècle

« Gruissan, Gruissan mes amours,
Je reverrai ton village à l’entour,
Et la tour Barberousse,
Qui se mire, grave et douce,
Dans les eaux de l’étang
Palpitant »

Charles Trenet chantait Gruissan, Gruissan, le vieux village blotti au pied de sa tour médiévale, Gruissan et ses étangs, Gruissan et sa célèbrissime Plage des Chalets…

Mais Gruissan, c’est aussi une station balnéaire à l’architecture si particulière, issue d’un vaste plan d’aménagement lancé dans les années 1960.

La ville est en effet classée au « Patrimoine du XXe siècle» pour le port, les immeubles sur le bassin principal et la Capitainerie. Cette labellisation du port de Gruissan au titre du patrimoine du XXe est la reconnaissance d’une architecture audacieuse et originale qui a été critiquée, mais fait date dans l’histoire de l’architecture en France.

La « Mission Racine », cette entreprise colossale sur le littoral du Languedoc, menée par l’Etat, fut confiée à de grands architectes dont Raymond Gleize et Édouard Hartané pour Gruissan.

Pendant très longtemps, Gruissan s’est limité au vieux village de pêcheurs qui s’enroule autour de son château depuis le Moyen-Âge, et la plage des Chalets, aménagée dès les années 1850 par un tourisme familial… Entre le village et les Chalets s’étendait un vaste espace marécageux, recouvert d’eau lors des entrées maritimes et où serpentait un chemin que les Gruissanais nommaient « la piste ».

Le creusement du port de plaisance se fait autour de 1970, les Gruissanais doivent alors emprunter une digue pour atteindre les chalets. Les premiers immeubles sortent de terre en 1973, inspiré de l’architecture de Le Corbusier. Afin d’éviter l’aspect « bétonnage du littoral », les architectes proscrivent les séries et les répétitions. Ainsi, les volumes et les hauteurs doivent varier, sans dépasser les sept étages, et favoriser les décrochements et la souplesse des lignes. Raymond Gleize, qui avait voyagé en Afrique du Nord, s’est inspiré de l’architecture traditionnelle du Maghreb, dont certaines constructions sont adaptées aux conditions climatiques grâce à des toitures arrondies.

A Gruissan, ce sera les fameux « dromadaires ».

Le port de Gruissan a vu ses premiers touristes arriver en 1976, et aujourd’hui, malgré nombreuses interrogations et critiques lors de sa naissance, le port de Gruissan est parfaitement intégré dans son environnement.

Lors d’un séjour, on passera donc du vieux village typiquement méditerranéen, au charme désuet des Chalets, de cet ailleurs aux allures californiennes, des salins aux couleurs surréalistes, et au port de plaisance moderne et dynamique…

OFFICE DE TOURISME DE GRUISSAN
80 boulevard du Pech Maynaud,  BP 49
GRUISSAN-PORT
11430 GRUISSAN
Tél. +33 4 68 49 09 00


http://www.gruissan-mediterranee.com

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *