Activités de pleine natureCulture Par le 5 décembre 2015

Le sentier en poésie…

Le sentier en poésie est une balade littéraire et bucolique dans les pas de l’écrivain Joseph Delteil pour les amoureux des Corbières, dans l’Aude.

À Villar-en-Val, la forêt parle. De borne en borne, elle exhume la pensée de l’écrivain Joseph Delteil, décédé en 1978. Pour l’atteindre, on passe le pont d’entrée (271 m), puis on traverse ce village de 35 âmes, en suivant le balisage jaune. À l’intersection suivante, on continue tout droit sur la piste. La première borne plante l’atmosphère. “Ici le temps va à pied.” Et ce n’est pas la peine de le rattraper.

Cloués aux poteaux de couleur, les mots de Delteil se croquent comme les mûres et les prunelles qui bordent le chemin. Un chemin de garrigue où les prés, grignotés par les vaches, vallonnent vers la jolie église. Les cigales balancent leur refrain. Des parfums de romarin, de ciste et de lavande picotent le nez. L’œil s’amuse de tout ce vert et de jaune. “Ce matin, l’œil est le prince du monde”, annonce la nouvelle borne. On ne fait pas ce sentier par hasard. “Il s’agit de faire peau neuve, de pied en cap, dépouiller le vieil homme”, écrit Delteil. « Faire table rase de toute la civilisation. Fouler aux pieds toute la condition humaine, tout appareil social, toute éducation, culture, usages, habitudes…

Le panneau avec la bonne tête de l’écrivain, rigolard, apparaît enfin. On apprend qu’il est né ici le 20 avril 1894. On entre alors dans cette forêt des Corbières occidentales (35 min). Une trouée de chênes verts ouvre sur un petit pont de bois. On remonte au rythme des gargouillements du ruisseau.

Comme un chuchotis de mélancolie : “Je chante les vieux, les sentiments, la chair fraîche, le naïf bon sens, la sagesse, le cœur, le ruisseau sur la mousse…” Les hêtres répondent plus loin : “J’ai cent mille ans, je suis né ce matin.” Comprendre que voilà un vrai lieu pour se ressourcer et repartir de l’avant. Cela fait des siècles que nous sommes partis. On continue de monter un layon moussu dans le pépiement des oiseaux. À l’intersection, pas étonnant de trouver un extrait son livre sur Saint-François d’Assise. À droite, pendant 20 minutes aller-retour, vous grappillerez peut-être le plus beau de Delteil sur le sentier à la Dame.

On continue de monter dans une allée de buis et de pins jusqu’aux ruines de la Borie de Guillamau, le lieu où a grandi durant ses quatre premières années l’auteur de La Belle Aude. C’est ici que se tient le théâtre de verdure de la Deltheillerie.

De grands panneaux donnent en extraits : la Deltheillerie, Choléra, Jésus 2, Saint-François d’Assise, du point le plus haut de la balade (390 m, 1 h 15). Une borne rappelle : “Le cœur, c’est encore le plus haut point de vue de la terre.”

On redescend à gauche entre les murettes moussues. La vue se dégage sur les Corbières. Franchir un petit pont et un terrain boueux. On sort de la forêt pour parvenir au cercle des six panneaux et sa girouette (1 h 30). À gauche, on suit champêtrement le long du terrain de la Pradeille. Au bas de la descente, le chemin file à droite. Renoue avec l’asphalte qui descend puis remonte vers l’église romane gardée par les cyprès et les oliviers (266 m, 1 h 50). “Là où le paysage élabore l’âme.” Un sentier qui demande d’avoir surtout le pied poétique.

Accès

Depuis l’A 61, sortie Carcassonne-Est/Trèbes. Prendre la direction de Lagrasse par la D 3. Lâcher la route en direction d’Arquettes-en-Val. Continuer sur la D 110 jusqu’à l’entrée de Villar-en-Val. Se garer à l’entrée du village, à droite juste avant le pont.

En savoir plus :

Le Sentier en Poésie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *